Compte rendu de la réunion du 26 février 2022

Première réunion du Groupe d’études dumasiennes
(en visioconférence)
26 février 2022 (17h-19h)

Présents : Karl Akiki, Laurent Angard, Julie Anselmini, Anne-Marie Callet-Bianco, Barbara T. Cooper, Maria Lucia Diaz Mendès, Lise Dumasy, Carme Figuerola, Vittorio Frigerio, Patricia Idiata, Caroline Julliot, Marianne Lafforgue, Marine Le Bail, Sylvain Ledda, Sophie Mentzel, Sarah Mombert, Isabelle Safa, Nathalie Salomon, Angels Santa, Giulio Tatasciore, Steffie Van Neste

Excusés : Marie-France Borot, Nicolas Gauthier, Matthieu Letourneux, Alvio Patierno, Corinne Saminadayar-Perrin

Après un « tour de table », J. Anselmini rappelle les enjeux de la formation d’un Groupe d’études dumasiennes (GED), articulé avec la Société des Amis d’Alexandre Dumas (SAAD), davantage tournée vers le grand public, et adossé à deux équipes de recherche normandes (le LASLAR de l’université de Caen, le CÉRÉdI de l’université de Rouen) : fédérer l’ensemble des chercheurs travaillant sur Dumas, constituer un réseau permettant d’échanger les informations, les connaissances et de mettre en œuvre des chantiers de recherche communs ; se doter d’un carnet de recherche en ligne Hypothèses où recueillir les actualités de la recherche dumasienne et diverses ressources.

Concernant l’organisation du GED, une réunion pourrait avoir lieu tous les 3 ou 4 mois ; une journée d’études ou un colloque annuel pourrait se tenir. La première de ces manifestations annuelles pourrait être une journée d’études sur « l’art des commencements » chez Dumas, organisée au printemps 2023 et dont les actes seront publiés dans un numéro de la revue Elseneur.

A.-M. Callet-Bianco demande si, dans la mesure où le GED s’adosse à des laboratoires normands, ses membres pourraient en obtenir des financements pour des publications ou des participations à des colloques ; selon J. Anselmini, en l’état actuel des choses il serait difficile d’obtenir directement des labos normands ce type de subventions, en revanche le GED doit donner davantage de visibilité et de reconnaissance aux recherches dumasiennes et il est appelé à se structurer de plus en plus fortement, ce qui peut laisser espérer dans l’avenir plus de moyens, y compris financiers, pour ses membres.

L. Dumasy se demande si le statut d’association ne serait pas préférable pour un tel groupe. Selon C. Julliot, il faut bien doter le GED d’un statut de groupe de recherche universitaire, à l’instar par exemple du Groupe Hugo de l’université Paris 7 ou des groupes d’études balzaciennes. Selon J. Anselmini, qui propose de s’inspirer de ces exemples en cherchant à mieux connaître leur fonctionnement (scientifique, institutionnel et juridique), un tel statut est aussi un meilleur gage de légitimité. I. Safa propose également de voir plus précisément ce qui se fait au sein du CL19, où l’on trouve différents groupes universitaires adossés à des sociétés d’amis. Selon C. Julliot, le GED doit être adossé à certains labos en particulier, tout en cultivant des partenariats avec différentes universités dont les équipes de recherche travaillent selon des axes compatibles.

V. Frigerio prend la parole pour saluer la naissance du GED et souligner combien il constituera un réseau précieux pour les chercheurs dumasiens, fédérés autour de compétences, de connaissances, de passions communes et à mettre davantage encore en commun. Il appelle aussi de ses vœux la production de résultats sensibles et suggère d’élargir les activités et la visibilité du GED en stimulant des numéros thématiques de revues, la parution d’ouvrages et diverses autres collaborations. Outre le « faire-part de naissance » que J. Anselmini se propose d’envoyer à Fabula, la SERD ou la LPCM pour annoncer la formation du GED, il suggère de diffuser également cette annonce dans Belphégor ou la revue Dalhousie French Studies.

M. Lafforgue pense par ailleurs que ce groupe doit peser sur le choix des programmes scolaires afin d’y donner plus de place à Dumas. Pourquoi pas du Dumas au programme de l’ENS, demande C. Julliot, ou au programme de l’agrégation? Selon L. Dumasy, la légitimation de Dumas et le simple fait de le faire lire restent des enjeux majeurs. Elle propose aussi de solliciter des communautés de chercheurs travaillant sur la BD, les adaptations, la question de la plasticité de la littérature et sa transmédiation. I. Safa abonde dans son sens et souligne l’importance des fanfictions sur Dumas.

Concernant l’organisation et le fonctionnement du GED, S. Mombert suggère quant à elle de « nourrir » ses réunions périodiques par des présentations de travaux individuels ou collectifs, d’une part, et d’autre part par un cycle de réflexions autour d’un sujet précis. J. Anselmini propose la question du comique chez Dumas, question qui stimule l’intérêt de plusieurs participants.

La discussion roule ensuite sur la structuration du carnet de recherches Hypothèses, dont le GED doit se doter. L. Angard propose les rubriques suivantes : actualités, annuaire, comptes rendus, billets. N. Salomon juge pertinent d’ajouter une rubrique « Dumas à l’étranger ».

Enfin, il est question de l’articulation des activités du GED avec celles de la SAAD. J. Anselmini souligne la différence des visées mais l’importance essentielle et l’intérêt mutuel qu’il y a de travailler en étroite concertation et en harmonie. La SAAD dispose ainsi de sites où l’on trouve d’intéressantes ressources, qui pourraient être davantage utilisées, valorisées et complétées par les chercheurs. Elle rappelle aussi que ceux-ci sont invités à déposer leurs ouvrages et travaux à la bibliothèque du château de Monte-Cristo, à Port-Marly, qui constitue un lieu d’archivage déjà très substantiel. C. Julliot pense qu’il serait intéressant de travailler de façon privilégiée autour de ce lieu, et A.-M. Callet-Bianco ajoute que le musée Dumas de Villers-Cotterêts est un autre haut lieu dumasien à ne pas oublier (avec, notamment, sa collection de manuscrits).

L. Dumasy remarque que la question des lieux dumasiens, du génie du lieu chez cet auteur serait un intéressant sujet de réflexion collective. Selon L. Angard, un autre sujet passionnant serait celui de l’histoire « contrefactuelle » chez Dumas.

***



Citer ce billet
Admin (2022, 3 juin). Compte rendu de la réunion du 26 février 2022. GROUPE D'ÉTUDES DUMASIENNES. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://etudesdumas.hypotheses.org/800