Compte rendu de la réunion du 15 septembre 2022

Réunion du Groupe d’études dumasiennes (en visio)
Jeudi 15 septembre 2022, 18h-20h

Présents : Laurent Angard, Julie Anselmini, Anne-Marie Callet-Bianco, Jérôme Dewasch, Lauren Fanon, Carme Figuerola, Vittorio Frigerio, Caroline Julliot, Sylvain Ledda, Sarah Mombert, Maxime Prévost, Isabelle Safa, Corinne Saminadayar-Perrin, Angels Santa, Steffie Van Neste

Excusés : Karl Akiki, Stéphane Arthur, Noémi Carrique, Sandrine Carvalhosa, Barbara T. Cooper, Lise Dumasy, Nicolas Gauthier, Nathalie Salomon

  1. Récapitulatif des dernières manifestations (colloque « Dumas Écrire Noir/Blanc » à Baltimore en avril dernier, colloque « Dumas et l’Allemagne » à Ratisbonne en mai dernier) et parutions :

Éditions

Alexandre Dumas, Correspondance générale, t. V, éd. C. Schopp, Paris, Classiques Garnier, « Correspondances et mémoires », 2021, 804 p.

Alexandre Dumas, Théâtre complet, t. I, sous la dir. d’A.-M. Callet-Bianco et S. Ledda, Paris, Classiques Garnier, 2022.

Ouvrages et numéro de revue

Julie Anselmini, L’Écrivain-critique au XIXe siècle : Dumas, Gautier, Barbey d’Aurevilly, Presses universitaires de Liège, « Situations », 2022, 555 p.

Jocelyn Fiorina, Alexandre Dumas. L’Italia nel cuore – Alexandre Dumas. L’Italie au cœur, éd. illustrée, Segni d’Autore, 2021, 240 p.

Claude Schopp, Vies mêlées. Le Géorgien d’Alexandre Dumas, Paris, Éditions Équateurs, 2022.

L’Ull critic, nos 23-24 : Alexandre Dumas. Révolutions du roman, sous la dir. d’A. Santa et C. Figuerola, Lleida, 2021.

Articles

Laurent Angard, « L’affaire du collier (1785) vue par Alexandre Dumas, une fictionnalisation de Marie-Antoinette sur fond d’histoire », L’Entre-deux, n° 10 (2) : À la recherche d’un passé lointain : Histoire nationale et identité dans le roman historique contemporain, sous la dir. de C. Lyvet, P. Rochwert-Zuili et S. Voinier, décembre 2021. Disponible en ligne : https://www.lentre-deux.com/?b=189, (consulté le 22/09/2022).

Laurent Angard, « Les usages de Montaigne dans les œuvres d’Alexandre Dumas », Bulletin de la Société internationale des amis de Montaigne, n° 73, 2021, p. 59-83.

Julie Anselmini, « Écriture de la Révolution et Utopie chez A. Dumas père : Création et Rédemption », Francofonia, revue internationale de l’Université de Bologne, n° 81 : Écrire l’utopie. L’utopie sociale dans la littérature française du XIXe siècle, sous la dir. de B. Diaz et A. Silvestri, automne 2021, p. 123-138.

Julie Anselmini et Claude Schopp, « Les Trois Mousquetaires ou le don réitéré du plaisir », Revue semestrielle du MAUSS : Générosités du récit, sous la dir. de J. Anselmini et Ph. Chanial, Éditions du Bord de l’eau, novembre 2021, p. 75-89.

Julie Anselmini, « Encore la critique et des critiques : un dialogue épistolaire et médiatique entre Alexandre Dumas et Paulin Limayrac », dans Trajets épistolaires. Hommages à Brigitte Diaz, sous la dir. de J. Anselmini et F. Simonet-Tenant, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2021, p. 27-37.

Julie Anselmini, « De la nouvelle au roman-fleuve, et inversement : écrire la Terreur chez Alexandre Dumas », dans Roman et fictions brèves dans la littérature française du XIXe siècle, sous la dir. de C. Bernard et Ch. Massol, Grenoble, UGA Éditions, 2022, p. 65-78.

Caroline Julliot, « Le Procès de Monte-Cristo, essai de critique judiciaire, ou Comment peut-on juger un héros de roman populaire ? », Fabula-LhT, n° 25 : Débattre d’une fiction, sous la dir. de M. Escola, F. Lavocat et A. Maignant, janvier 2021. Disponible en ligne : https://www.fabula.org/lht/25/julliot.html (consulté le 22/09/2022)

Maxime Prévost, « Comment enseigner Alexandre Dumas sans être accusé de suprémacisme Blanc ? », Argument, vol. 24, n° 1, automne-hiver 2021-2002, p. 117-124.

Isabelle Safa, « De la reconstitution du passé. La chasse comme métaphore de l’enquête dans quelques romans d’A. Dumas », dans Histoires de chasse. Traces et traques dans la littérature du XIXe siècle, sous la dir. de B. Marquer et E. Reverzy, Paris, Classiques Garnier, 2021, p. 57-73.

  1. Point sur la journée d’études « Dumas ou l’art de bien commencer » organisée par J. Anselmini et S. Ledda et fixée le 9 juin 2023 à l’université de Rouen :

Participants prévus : Laurent Angard, Stéphane Arthur, Marie-France Borot, Anne-Marie Callet-Bianco, Barbara T. Cooper, Jérôme Dewasch, Lise Dumasy, Sarah Mombert, Isabelle Safa, Corinne Saminadayar-Perrin.

Les contributions de Julie Anselmini, Sylvain Ledda et Roxane Petit-Rasselle s’ajouteront aux actes de cette journée pour constituer un numéro de la revue Elseneur à paraître en 2024.

  1. Présentation par Caroline Julliot de son ouvrage inédit rédigé dans le cadre de son habilitation à diriger des recherches, à paraître en 2023 aux éditions du CNRS :

« Ayez donc pitié de moi, Monsieur, et demandez pour moi, non pas l’indulgence, mais la rigueur ; non pas une grâce, mais un jugement ; des juges, monsieur, je ne demande que des juges (…) vous pouvez provoquer une enquête, vous pouvez, enfin, me faire mettre en jugement : un jugement, c’est tout ce que je demande ; que je sache quel crime j’ai commis, et à quelle peine je suis condamné ; car voyez-vous, l’incertitude, c’est le pire de tous les supplices » (Le Comte de Monte-Cristo, ch. 14)

Parmi les multiples façons dont on peut analyser Le Comte de Monte-Cristo, j’ai choisi, pour cette recherche s’inscrivant à la fois dans la lignée de la critique policière de Pierre Bayard et de l’approche interdisciplinaire droit et littérature, en plein essor dans les études romantiques, d’aborder l’œuvre comme un drame de l’absence de jugement – la faillite initiale de la loi déterminant la construction d’un personnage s’érigeant en juge et partie de l’humanité en général et de son propre cas en particulier, au risque de commettre « des fautes… ou des crimes » (Monte-Cristo, ch. 48). Et de remédier à ce manque, afin que justice triomphe et qu’Edmond Dantès puisse, enfin, voguer sereinement vers d’autres horizons.

L’instance chargée de cette sentence, que le héros réclame à corps et à cris à l’inspecteur des prisons chargé d’examiner son cas lors de sa visite au Château d’If (voir citation liminaire), est en effet bien là, tapie de l’autre côté des pages du roman, suivant attentivement le personnage tout au long de son parcours vengeur : c’est le lecteur ou la lectrice – que la dynamique inhérente à la fiction érige en « juge ultime » de la narration (Ph. Hamon, Texte et idéologie).

Encore faut-il pouvoir juger correctement le personnage – acte grave, qui suppose à la fois distance critique et attention empathique à l’exceptionnalité de son cas. Le Procès de Monte-Cristo, à paraître à l’automne 2023 aux éditions du CNRS, expose les éléments de ce très complexe dossier d’instruction – qu’il appartiendra, in fine, au lecteur et à la lectrice de clore par leur verdict.

À rebours d’une lecture univoque dominante, selon laquelle ce magistrat suprême qu’est le lecteur serait condamné à postuler la légitimité absolue d’un surhomme de roman-feuilleton (U. Eco, De Superman au surhomme), j’ai tenté dans cet ouvrage d’élaborer les moyens intellectuels de juger équitablement le héros de Dumas, en faisant comparaître celui-ci devant plusieurs tribunaux successifs : celui des hommes (appréciation des actes commis au regard de la législation de la monarchie de Juillet), celui du talion (« la loi que j’ai le plus trouvée selon le cœur de Dieu », dit Monte-Cristo dans le chapitre « Idéologie »), et celui, absolue, de ses Créateurs.

Différentes questions sont ensuite soumises à C. Julliot : sur le lien de son travail avec les enquêtes littéraires de Pierre Bayard (M. Prévost), sur les méthodes qui ont permis de cerner les positions de l’auteur (J. Anselmini), sur l’articulation de la revanche et de la vengeance (S. Ledda)…

  1. Présentation par Jérôme Dewasch de sa thèse en cours à l’université Jules Verne, Le Romanesque de l’amitié : enjeux narratologiques, poétiques et éthiques de la philia dans Le Comte de Monte-Cristo et le cycle des Mousquetaires:

Enseignant depuis 1997, agrégé de lettres classiques, j’ai obtenu en 2010 un Master II de littérature. Mon mémoire portait sur Le Comte de Moret : Faire entrer le lecteur dans l’Histoire – Éléments de poétique du roman dumasien. J’ai commencé en 2018 une thèse dont le titre, au moment où j’entame la rédaction, est : Le Romanesque de l’amitié : enjeux narratologiques, poétiques et éthiques de la philia dans Le Comte de Monte-Cristo et Le Cycle des mousquetaires. Cette recherche, menée à l’UPJV d’Amiens, est dirigée par Mme Marie-Françoise Melmoux-Montaubin, professeure de littérature du XIXe siècle. Mon comité de suivi est composé de Sarah Mombert et de Christophe Reffait.

Que peut-on prétendre apporter de neuf sur ce sujet ? On pourrait penser a priori qu’on a tout dit, tout écrit, ou au moins l’essentiel. L’amitié, chez Dumas et dans son œuvre, résonne comme une telle évidence qu’il semble qu’on ait fait le tour de la question. Or je ne vois pas ma thèse comme un retour en arrière, une quête du passé voire du temps perdu, mais plutôt comme un retour aux sources, ou plutôt à la source. 

À la source de ma lecture de Dumas d’abord, des premières émotions qui m’ont fait entrer en lecture quand, adolescent, je découvrais Dumas et me laissais émouvoir par le chapitre « la Place royale » de Vingt Ans après. Ce qui m’intéresse depuis ma rencontre avec l’auteur, c’est le rapport que nous entretenons avec la fiction : l’expérience au présent de la lecture comme jeu, comme émotion, et de quelle manière elle participe à la connaissance de soi. Retour aux sources de la philia aussi, qui est protéiforme comme toujours chez Dumas : entre l’auteur et ses personnages, l’auteur et son œuvre, l’auteur et ses proches, l’auteur et son lecteur, le lecteur et les personnages. À la source de l’œuvre elle-même enfin : écrire pour être lu, et par le plus grand nombre si possible, écrire pour être aimé, et par le plus grand nombre si possible. C’est pourquoi mon travail de recherches s’inscrit explicitement dans une poétique de la réception de l’œuvre.

Il y avait au départ de mon travail une intuition et une hypothèse : si aujourd’hui l’amitié est un des moteurs privilégiés par la fiction (il suffit de recenser les séries, les films, les romans qui en font le ressort principal de leur intrigue), j’avais le sentiment qu’avant Dumas on trouvait rarement des œuvres romanesques (au théâtre oui, dans l’épopée sans doute, chez le moraliste bien sûr) faisant de l’amitié le ressort principal de la diégèse. J’avais l’impression que Dumas faisait entrer l’amitié dans le roman.

Ce retour aux sources est nourri à la fois par les travaux portés par les dumasiens depuis plusieurs décennies, et par la recherche actuelle en narratologie et en poétique. Les théories de la fiction permettent de relire l’œuvre sous un éclairage nouveau qui lui redonne aussi son sens premier : que ce soit, par exemple, les questions de tension narrative, la question du hasard dans la littérature. Je pense aussi aux travaux passionnants sur la culture sérielle et le support médiatique. La relation entre littérature et éthique, initiée par Booth et Martha Nussbaum, et développée ces dernières années, permet aussi de nouveaux questionnements sur l’œuvre dumasienne.

Pourquoi ce corpus ? Ces deux œuvres semblent s’imposer par rapport au thème de recherche retenu. Publiées dans les années 1840, elles sont surtout les récits fondateurs de cette philia dumasienne. Elles repensent le mythe du couple-ami en même temps qu’elles fondent celui de l’amitié de groupe. Elles se lisent aussi comme deux œuvres miroirs l’une de l’autre, du point de vue de l’amitié. Quand on regarde Morcerf, Villefort et Danglars, on ne peut s’empêcher, par exemple, d’y voir des figures dégradées d’Athos, Aramis et Porthos. Donc ce sont deux œuvres à la fois fondatrices, contemporaines l’un de l’autre, écrites parallèlement et entre lesquelles s’instaure un dialogue.

La première partie, approche narratologique, s’intéresse à la dramatisation de l’amitié dans l’œuvre de Dumas. L’étude du personnel romanesque révèle un système agonistique, à travers une surreprésentation des configurations d’amitié comme à travers les fonctions narrative et idéologique des personnages qui structurent l’échiquier romanesque en même temps qu’elles le chargent d’une forte axiologie. Il s’agit ensuite de développer quelques éléments de mise en intrigue de l’amitié : le paradoxe du héros dumasien, l’amitié comme nœud de la diégèse dans le cycle romanesque et le traitement de l’espace et du temps dans le récit. Enfin on analyse la dynamique de l’amitié dans le récit, générée par trois moteurs : le hasard, l’enquête et la chasse.

La deuxième partie, approche poétique, se recentre sur « la langue amie » de Dumas. Deux éléments participent de la création de cette philia entre l’auteur, ses personnages et ses lecteurs : le temps (du roman-feuilleton mais aussi du cycle romanesque) et la place du lecteur dans le spectacle de la scène romanesque, qui produit un effet-sympathie propice à la culture de cette philia. Le roman de Dumas, roman d’aventures historiques, se lit finalement comme un roman de l’amitié.

La troisième partie, approche éthique, s’intéresse aux pouvoirs de la fiction romanesque. Si l’hypertextualité mythologique chez Dumas inscrit l’éthique de l’amitié dans une histoire humaine universelle, l’expérience double de l’empathie et de la perplexité morale, la dimension formative et initiatique du récit dumasien, sont des éléments qui permettent d’envisager une lecture éthique du romance de l’amitié.

Différentes questions et remarques sont ensuite adressées à J. Dewasch, notamment sur la constitution de son corpus et l’importance d’y faire une place à La Reine Margot. M. Prévost signale à J. Dewasch un mémoire de maîtrise sur la mythologie de l’amitié.

  1. Perspectives

La réunion se clôt par une évocation des prochaines séances : la prochaine réunion aura lieu en janvier ; Alain Vaillant, directeur de l’ouvrage collectif Esthétique du rire paru en 2012 aux Presses de Paris Nanterre et de L’Empire du rire (co-dirigé par M. Letourneux) paru en 2021 aux éditions du CNRS, sera invité pour présenter les principaux axes de sa réflexion ; une « table ronde » sur le comique chez Dumas suivra, destinée à ouvrir le chantier sur ce sujet qui aboutira en 2024 à une journée d’études ou un colloque[1]. Lors de la prochaine réunion, Steffie Van Neste et Laurent Angard pourraient aussi, s’ils en sont d’accord, présenter leur travail de thèse.


Notes

[1] Isabelle Safa propose une réflexion sur le caractère bouffon de certains personnages dumasien lors d’une séance ultérieure.



Citer ce billet
Admin (2022, 17 octobre). Compte rendu de la réunion du 15 septembre 2022. GROUPE D'ÉTUDES DUMASIENNES. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://etudesdumas.hypotheses.org/1129